• Escapade 176

                                                                                                            Au col d'Aussières.

    Escapade 176

      

                           De monts en mots

                           Le verbe est dans l'herbe

                           Tendre au printemps

                           Roussi en été

                           L'ombre est dans le vallon

                           Celui qui est inhabité

                           Où papillons volent

                           Chantent grillons

                           Où les jours sont courts

                           Longues sont les nuits

                           Où d'encre violette

                           Le ciel se pare

                           De multiples paillettes

                           Pluie d'étoiles 

                           Dans les yeux

     


  • Commentaires

    1
    Mercredi 2 Août à 16:52

    Saperlipopette ! comment as tu fait cela ....magicien en plus !

    Beau poème terrien et aérien ..yes

    Bravo

    2
    monique
    Mercredi 2 Août à 22:14

    Excellente observation en poésie jusqu'à l'apothéose de cette pluie d'étoiles dans les yeux, jusqu'à vous éblouir !

    se réfugier dans les vallons avec grillons et papillons pour fuir l'insolation éviter les mirages où les nuages sont des lampions, où les feuilles explosent comme des étoiles en plein jour, où le soleil trop lourd tartine les sommets des cols et répand sa chaleur comme une poudre de folie.

     

     

     

    3
    roqandfred
    Jeudi 3 Août à 08:01

    Magnifique photo !! Vu ton texte et le commentaire ci-dessus, je ne rajoute rien de plus

    4
    Samedi 5 Août à 19:01

    Bonheur des mots qui disent le monde ...

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    5
    Lundi 7 Août à 07:21

    l'homme qui regarde la nature.... en vitesse lente joue la vie.

    6
    Lundi 7 Août à 20:52

    Patricia, magicien ! pas du tout ! il suffit de bouger l'appareil photo à la prise de vue.

    Monique, avec ces chaleurs mieux vaut rester caché sous les arbres qui habillent les fonds des vallons.

    Roqandfred, la photo est sans bidouillage quelconque.

    Ulysse, malheureusement, parfois les mots ne sont pas tendres.

    Dilettante, la vitesse est toujours trop rapide :-)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :