• Escapade 125

    Un sentier autour d'Avène-les-Bains.

    Escapade 125

     

    Mains dans le soleil

    sortir de la broussaille

    des mots d'automne


  • Commentaires

    1
    Samedi 15 Octobre 2016 à 23:31

    oh ce petit coin bleu et ses gouttes de lumière sur la végétation, comme j'aime!

    2
    Dimanche 16 Octobre 2016 à 07:36

    tu pourrais sortir un recueil tu es poète.j'aime

    3
    Dimanche 16 Octobre 2016 à 11:09

    ça sent la noisette ! Bon dimanche Bernard !

     

    4
    Dimanche 16 Octobre 2016 à 18:57

    Te connaissant un peu , j' intitulerai cette image : Rêveries d'un promeneur solitaire ...A tous les vents tu hasardes ,a plat ventre dans les broussailles...

    ...Dans les zones couleurs de plomb , tu scrutes le ciel azuré..dôme immobile ..

    Illusion de légèreté, sans peine ni effort , prêt à bondir !

    et ainsi de suite , continuellement.De l' espace pour marcher , de l' espace pour penser...que dis-je ..de l' espace pour méditer !

    Et tes mots qui dégoulinent sur un lit de feuilles ocrées..

    Quelle belle échappée...Ô poète confirmé..

     

     

    5
    monique
    Lundi 17 Octobre 2016 à 00:20

    Que la voix des poètes réveille tous ces mots étouffés et sorte des entrailles tous les cris qu'ils contiennent. Merci à vous Bernard.

    ___

    Un coin de ciel bleu

    dans le silence des mots

    encore prisonniers

    6
    GIBUS
    Lundi 17 Octobre 2016 à 08:49

    Cet automne, cette verdure était plutôt rare, la sécheresse a fait souffrir la végétation.

    7
    Dimanche 23 Octobre 2016 à 11:05

    Sylvie, il faut toujours dans la vie profiter d'un petit coin de ciel bleu 

    Dilettante, merci beaucoup pour le compliment. Le vrai poète a les mots qui coulent de source, pour moi ce n'est pas bien souvent le cas.

    Ulysse, qui dit noisette, dit automne et bientôt vin nouveau :-)

    Patricia, merci, poète je ne sais pas, confirmé ! Point du tout. J'aime beaucoup ta façon de voir mes randonnées, tu ne serais pas par hasard cachée au bord de ces chemins ?

    Monique, certaines prisons ne s'ouvrent jamais, j'espère que la votre au fil du temps arrivera à s'entrouvrir.

    Gibus, oui ! Mais la pluie semble arriver.

     

    8
    Lundi 24 Octobre 2016 à 06:00

    Bernard..pour répondre a ta question ...je t' ai vu a l’œuvre plus d'une fois , allongé pour saisir le moindre détail et attendre le bon moment pour " claquer" un cliché !je sais que la nature te parle , et que tu lui réponds ..élémentaire, mon cher Watson..je suis très observatrice !Bon Lundi

    Pat

    9
    Lundi 24 Octobre 2016 à 07:17

    pour les poètes cela devrait être ainsi mais ce n'est pas souvent le cas pour les fréquenter de près c'est souvent du cérébral. hélas...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :